Comment rédiger un business case : 6 éléments à inclure

comment rédiger un business case
4.3/5 - (183 votes)

De nombreuses entreprises ont dû pivoter pour s’adapter à l’évolution constante et à la flexibilité du climat économique moderne. Les entreprises prospèrent grâce à de bonnes idées mises en œuvre au bon moment. Toutefois, lorsqu’une solution à un problème ou à une opportunité nécessite des changements importants dans la manière dont les choses sont habituellement faites, ces changements ne sont pas toujours bien accueillis.

C’est pourquoi les chefs de projet et les entrepreneurs doivent communiquer leur vision stratégique de manière efficace et efficiente. C’est là qu’un business case (ou étude d’opportunité) peut aider les individus à défendre la ligne de conduite qu’ils proposent. Un business case décrit la faisabilité et la fonctionnalité d’une solution proposée ou les avantages d’une opportunité de développement de l’entreprise.

Dans cet article, nous vous guiderons dans la rédaction d’un business case. Nous vous expliquerons également ce qu’il faut inclure et comment réaliser une étude d’opportunité solide.

Qu’est-ce qu’un business case ?

Un business case explore et explique la valeur d’un projet proposé. Il commence lorsqu’une partie prenante identifie un problème commercial ou a la possibilité de saisir une opportunité. Le business case permet d’évaluer l’ampleur du problème ou de l’opportunité, les avantages de la résolution du problème ou de la poursuite de l’opportunité, ainsi que les coûts et les risques associés à l’initiative proposée. Afin d’explorer toutes les options, un business case inclura également les coûts et les risques associés à l’inaction.

Prenons l’exemple suivant : Un chef de produit ou un chef de projet impliqué dans la commercialisation d’un nouveau produit pourrait utiliser un business case pour faire savoir aux principales parties prenantes que les coûts de publicité sont trop élevés et qu’ils ne voient pas de retour sur investissement (ROI). Dans une présentation d’étude d’opportunité, le chef de projet explorerait les options que l’entreprise peut prendre pour augmenter les ventes et réduire les coûts de publicité.

La rédaction d’une étude d’opportunité n’est pas réservée à quelques personnes au sein d’une entreprise ou d’une organisation. Toute personne souhaitant plaider en faveur d’un changement dans et autour des pratiques commerciales devrait être encouragée à créer un argumentaire pour sa proposition. Il est donc utile de savoir comment rédiger une proposition capable de convaincre un client ou une partie prenante que votre produit ou votre projet constitue un investissement judicieux.

Article lié :  Quel est le but d’une entreprise ?

Vous trouverez ci-dessous les caractéristiques d’un business case solide que vous devriez essayer de mettre en œuvre dans votre proposition.

Caractéristiques d’un business case solide

Un dossier solide doit communiquer de manière claire et concise le pourquoi, le quoi, le comment et le qui d’une initiative proposée afin d’obtenir l’approbation d’un projet.

  • Clarté de la vision : Votre business case doit décrire ce que l’initiative proposée résout ou cible, la manière dont vous allez mettre en œuvre votre idée et son impact potentiel sur l’entreprise.
  • Brièveté : Soyez bref dans votre présentation, tant en personne que sur papier. Ne fournissez que les informations dont votre public a besoin pour prendre une décision éclairée.
  • Enraciné dans un contenu factuel : Votre business case doit inclure les contributions des membres de l’équipe et des experts en la matière de tous les autres départements, tels que les finances, les ressources humaines (RH) et l’informatique. Consultez le plus grand nombre possible de membres de l’équipe afin de limiter les conjectures.‍
  • Une structure bien pensée : Votre business case est potentiellement une aide visuelle destinée à aider les sponsors du projet à prendre une décision sur un plan complexe. Veillez à ce qu’il soit intéressant et attire l’attention tout en justifiant la valeur et les avantages de votre proposition. Concevez une présentation mémorable, que ce soit sous la forme d’un document PowerPoint, PDF ou Word. L’objectif est de créer une proposition concise, claire et convaincante. En outre, apprenez votre matériel pour une présentation fluide.

6 éléments à inclure dans un business case

Une étude d’opportunité présente une proposition visant à aider les personnes ayant un pouvoir de décision à décider si les avantages d’un projet valent ses coûts et ses risques. Toutefois, un business case ne doit pas nécessairement contenir toutes les réponses, car des détails peuvent être ajoutés au fur et à mesure de l’avancement du projet. Voici les éléments essentiels à inclure dans un solide dossier d’étude d’opportunité. Vous pouvez suivre l’ordre de cet article ou les présenter d’une manière qui rendra votre dossier plus convaincant.

1. Le résumé

Le résumé est un élément essentiel de votre présentation, mais vous devez rédiger cette partie du business case en dernier. Voici les cinq questions auxquelles vous devez tenter de répondre dans cette section :

  1. Quel est le problème ou l’opportunité ?
  2. Quels sont les avantages de résoudre le problème ou de saisir l’opportunité ?
  3. Quel est le coût de la résolution du problème ou de la poursuite de l’opportunité ?
  4. Quels sont les risques associés à la solution ou à l’opportunité proposée ?
  5. Quand les parties prenantes commenceront-elles à voir des résultats ?
Article lié :  Gestion de la capacité : définition et explications

2. Énoncé du problème

Abordez à nouveau le problème ou l’opportunité dans cette section, avec plus de détails. Inclure toute recherche ou conversation avec les membres de l’équipe qui peut expliquer l’ampleur du problème ou de l’opportunité. Indiquez l’impact du problème sur l’objectif global de l’entreprise.

3. Le plan financier

Le plan financier indique la somme d’argent nécessaire pour faire avancer le projet. En fonction de l’ampleur et du coût du projet, vous devrez peut-être procéder à une analyse coûts-avantages et à une analyse de sensibilité. Il se peut également que vous deviez établir une prévision des flux de trésorerie.

Une analyse coûts-bénéfices commence par dresser la liste des coûts et des bénéfices associés au projet, qu’ils soient prévus ou non. Ensuite, vous attribuez des valeurs monétaires et quantifiables aux coûts et aux avantages. Vous calculez ensuite le total des coûts et le total des bénéfices et vous comparez si les bénéfices l’emportent sur les coûts.

Une analyse de sensibilité, également connue sous le nom d’analyse de simulation, est utilisée pour prédire le résultat d’une action spécifique lorsqu’elle est réalisée dans certaines conditions. Ainsi, si votre projet prévoit de retirer les fonds destinés à la publicité et de les utiliser pour atteindre les clients d’une autre manière, créez différents scénarios pour refléter les résultats de votre plan en changeant une variable différente dans chaque scénario.

Lorsque vous présentez votre idée, il est important de reconnaître que les chiffres sont des estimations, car les coûts réels ne peuvent pas être déterminés à ce stade. Cependant, vous devez inclure des chiffres se rapprochant le plus possible des coûts approximatifs.

4. Définition du projet

Dans cette section du business case, vous discuterez en détail de votre plan de projet. Présentez un résumé et un calendrier du projet. Divisez le projet en étapes. Pour chaque étape, décrivez les ressources nécessaires, les personnes et les activités concernées, ainsi que les résultats escomptés.

Article lié :  Comment devenir freelance ? Toutes les étapes pour réussir !

C’est également à ce stade que vous examinerez et résumerez les avantages financiers et non financiers attendus de votre plan. Votre objectif est de montrer aux décideurs pourquoi votre projet est nécessaire. Vous pouvez énumérer les résultats positifs tels que la réduction des coûts, la génération de revenus, l’augmentation de la part de marché, l’amélioration de la fidélité des clients, etc.

Vous devez également inclure dans cette section les risques ou les limites potentiels du projet. Ces risques peuvent inclure le refus des membres de l’équipe de modifier une stratégie de marketing, les retards anticipés dans les produits livrables ou l’engagement de dépenses d’investissement importantes.

5. Options

C’est dans cette section que vous discuterez des solutions potentielles les plus viables au problème que vous avez identifié. Présentez les risques et les avantages de chaque solution possible. Énumérez les exigences nécessaires à la réussite du projet, qui peuvent inclure une infrastructure, une équipe et un système.

Un business case complet comprendra également une option « ne rien faire », dans laquelle vous examinerez les risques et les avantages liés à l’absence d’action.

6. Recommandation

Précisez votre recommandation et expliquez pourquoi vous pensez qu’il s’agit du meilleur plan d’action. Vous pouvez également choisir d’indiquer l’étape suivante si les promoteurs du projet décident de suivre votre recommandation.

De l’argumentaire à la mise en œuvre

Un business case présente une proposition visant à aider les décideurs à décider si les avantages d’un nouveau projet valent ses coûts et ses risques. Il peut vous aider à obtenir le soutien des décideurs et des autres parties prenantes.

FAQ sur comment faire un business case

Pourquoi faire un business case ?

Un business case est un outil important pour les entreprises car il permet de mesurer le coût et le bénéfice d’un projet ou d’une activité. Il fournit une base factuelle pour prendre des décisions éclairées et aligner les objectifs de l’entreprise avec ses stratégies. Un business case est un document qui décrit les raisons pour lesquelles un projet est nécessaire et qui évalue le coût et les bénéfices prévus. Il permet aux dirigeants de l’entreprise de prendre des décisions plus informées et de s’assurer que les projets sont rentables et alignés sur les objectifs globaux de l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *